Partagez | 
 

 -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. [Alice & Vanellope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Alice R. Liddell-Kingsley


♚ MON HISTOIRE : 181
♚ MON ARRIVÉE : 01/02/2016
♚ MON METIER : Etudiante en Histoire- Géographie
♚ MON FILM : Alice au pays des Merveilles
♚ LOOK INTO MY EYES :
♚ MES AMOURS :
Quand ta main a frôlé la mienne
Telle une baleine au galop
En plus de la fracture j’ai vu
Que notre amour était né du pogo

J’aime sentir ton épaule
Briser ma cloison nasale
La caresse de tes Docs
Sur mon épine dorsale

J’aime entendre ta voix
Murmurer tendrement
J’vais t’transformer en puzzle
Pour offrir à maman

♚ COPYRIGHT & AVATAR : Mia Wasikowska - Bazzart
♚ POINTS : 243
♚ LOCALISATION : Sur les bancs de la fac


MessageSujet: -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. [Alice & Vanellope]   Sam 5 Mar - 15:55


  ❝ -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. ❞Alice & Vanellope Quelle galère, comme si j'en faisais pas assez dans cette boutique, voila maintenant qu'il faille que j'aille à la recherche d'un bon partenaire pour le café. Il fallait quelqu'un qui pourrait nous approvisionner en bonbons pour la décoration de la salle, des gâteaux etc. Oui la déco de la boutique est vraiment marrante, des fois j'ai l'impression d'être dans le jardin du Lièvre de Mars au pays des merveilles tellement il y règne une ambiance psychédélique complètement loufoque ! M'enfin, ça m'étonnerait, Lucky avait avoir avec le Lièvre de Mars autant que la Reine Blanche a avoir avec le Jabberwocky ! C'était simplement une coïncidence. Enfin bref, je devais me rendre dans la matinée, dans les rues de la ville à la recherche de quelqu'un qui ferait l'affaire mais il était hors que question que je me tape toute la ville en transport c'est mort ! J'ai pas la voiture et même si je l'avais, ça me prendrais plus que la matinée, aussi j'ai décidé de ne rester qu'à Manhattan.

Après deux bonnes heures de recherche acharnée autour du Starbucks et d'une petite boutique avec des poissons, je me suis dis qu'il était peut être temps de trouver un magasin de bonbons. Lucky était formel, pas de grosse chaîne de fabrique, quelque chose de simple et d'artisanal avec toutes les saveurs d’antan. Je trouve que pour un gars qui a grandit ici il fait beaucoup de chichi, parce que y'a rien de bio dans le Coca-Cola qu'il boit et qu'il sert au café. Enfin moi ce que j'en dis, je suis que la serveuse-caissière-femme de ménage-livreuse. Comme pour m'aider dans ma quête, une force mystique m'a poussé à regarder sur le trottoir d'en face et je vis une boutique de bonbons très cosy que Lucky aurait adoré ! J'ai foncé tête baissée dans cette boutique et croyez le ou non mais je ne me suis même pas faite renverser ! Une force mystique je vous dis !

A l'intérieur se tenait une jeune femme qui avait l'air de s'occuper de ses affaires alors silencieusement j'ai un peu fait le tour pour voir ce qu'elle proposait. J'ai prit deux trois bonbons aussi parce qu'ils avaient l'air super bons ! Non c'est pas du vol ! Je goûte pour être sûre de la qualité, je ne peux pas faire un partenariat avec n'importe qui ! Du vol. Pfff. Comme si c'était mon genre.

- Bonjour, je m'appelle Rose Liddell et je travaille au Wonderland un peu plus loin dans la rue. Mon patron, Lucky March aimerait vous proposer de faire un partenariat avec le café-pâtisserie. Ça consisterait à se faire livrer des bonbons de votre boutique qui seront exposés dans la notre et utilisés dans certaines de nos recettes. En échange, vos cartes de visites peuvent être exposée sur notre comptoir par exemple. Ce serait une occasion formidable de vous faire un peu plus de publicité et pour nous un avantage certain quant à la sûreté de la qualité de nos produits. Qu'en dites vous ?

Je l'avais inondé de mon charabia mais je crois qu'elle ne m'écoutait pas. Elle avait les yeux rivés sur la façade de la boutique, elle regardait quelqu'un partir. Je n'avais pas fait attention qu'un client aurait pu être ici avant mon arrivé mais ça doit être le cas puis qu'en me retournant, j'ai également vu un homme passer avant de disparaître de ma vue. En reportant mon attention sur la propriétaire du lieu, je me tenais devant elle en agitant la main mais elle avait l'air totalement ailleurs. Ses yeux brillaient et un sourire radieux ne quittait pas son visage. Ok... Je vois que l'arrivée du printemps se fait sentir chez les primates mais il faut se réveiller maintenant !

- Heu...Il est parti. Si vous vouliez qu'il sache que vous l'aimez vous auriez du sourire comme ça devant lui.

Peut être que si on parlait de son amoureux secret elle serait plus disposée à m'écouter. Si si c'est un amour secret, si c'était un amour public et pleinement assumé je l'ai aurais surement surpris en train de se faire des mamours au dessus du comptoir mais comme je n'ai surpris qu'un homme sur le trottoir et une femme désespérément en manque de le revoir, j'en conclu que monsieur ne doit pas être au courant des sentiments de madame. Ça m'aurait bien attristée mais je m'en fiche, moi aussi je suis dans la même galère ma vieille et pourtant je suis là. Je suis vraiment contrariée parce que j'étais fière d'avoir réussit à sortir ma tirade d'une traite et elle ne m'avait même pas entendu. Pff. Vraiment c'est pas mon jour.
© 2981 12289 0

_________________


Fleurageant les rhododendroves
Gyraient et gamblaient dans les vabes
Pour frimer vers les pétunioves
Et les momes raths en grabe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Vanellope Von Schweetz


♚ MON HISTOIRE : 44
♚ MON ARRIVÉE : 13/02/2016
♚ MON FILM : Les mondes de Ralph
♚ LOOK INTO MY EYES :
♚ COPYRIGHT & AVATAR : A venir
♚ POINTS : 35


MessageSujet: Re: -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. [Alice & Vanellope]   Sam 19 Mar - 18:08



 


 

Alice & Vanellope
Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir.


  Lorsque Vanellope avait ouvert le grand rideau métallique qui trônait devant la façade de son magasin, elle ne s'attendait pas du tout à passer une journée pareille. Elle avait fait comme à son habitude, avait allumé toutes les lumières, vérifia une dernière fois qu'il y avait tout ce qu'il fallait dans les rayons pour que les clients puissent se servir, petits paniers, pinces, sachets, que tout soit propre et bien rangé. Elle avait vérifier ses stocks, et s'était occupée de ranger un peu sa réserve qui commençait à être un peu en pagaille. Elle avait beau essayer de toute ses forces, son côté bordélique revenait sans cesse à la charge.
Alors qu'elle était dans l'arrière boutique, elle entendit la clochette qui se trouvait au dessus de la porte sonner et se dirigea donc vers ce client. Mais c'est avec surprise qu'elle se rendit compte qu'elle aurait préféré rester derrière. Un de ses ex, Mike, le dernier en date, était là, à attendre qu'elle arrive. Elle ne comprenait pas pourquoi il revenait à la charge comme çà, lui donnant toutes les raisons du monde pour qu'elle veuille bien écouter ce qu'il avait à dire, et lui donner une seconde chance. Mais il ne comprenait pas visiblement, preuve qu'au fond, il ne la connaissait pas. Il l'avait trompé, deux fois. Et ça avait été trop pour Vanellope qui ne l'avait pas vraiment aimé mais qui pensait que ça arriverait un jour ou l'autre. Elle essaya de le faire partir, mais lui ne voulait rien entendre. Ce n'est qu'en donnant le nom de Ralph que celui ci changea d'avis. Car Ralph n'était pas que son meilleur ami, il était aussi son sauveur. Il avait pas mal de force et avait déjà collé une bonne raclée à Mike, qui le craignant énormément désormais. Il vociféra et finit par s'en aller, lachant un simple "j'en ai pas fini".

Vanellope était exaspérée, fatiguée de voir qu'il ne comprenait toujours pas et qu'il ne voulait pas la laisser tranquille. Elle avait besoin de se calmer, et pour çà, elle ne connaissait qu'un moyen, Ralph. Elle l'appela, et il rappliqua sans hésiter. Il semblait un peu en colère et voulait aller retrouver Mike pour lui faire comprendre une bonne fois pour toute, mais Vanellope ne voulait pas le laisser partir. Sa présence lui faisait du bien, et il la faisait rire.

La porte s'ouvrit de nouveau et une jeune femme blonde apparut. Vanellope la laissa faire son tour et finit sa conversation avec Ralph qui devait aller travailler. Le reste de la journée serait sans doute très long et elle aurait préféré le passer avec elle, mais ses petites envies passaient bien après leurs obligations. Il lui fit un bisous sur le front et lui fit un signe de main avant de se diriger vers la sortie. Une voix féminine semblait débiter un paquet de choses à côté d'elle mais Vanellope semblait déconnectée, son cerveau ne se focalisait que sur une seule chose, Ralph. Elle continua de le regarder alors qu'il était sur le trottoir, rêvant en silence du moment où elle pourrait lui avouer ce qu'elle ressent.

- Heu...Il est parti. Si vous vouliez qu'il sache que vous l'aimez vous auriez du sourire comme ça devant lui.

Elle se secoua la tête et regarda la jeune femme à ses côtés qui semblait avoir compris ce qui se tramait dans le cerveau de la marchande de bonbons.

"Je suis vraiment désolée, je vous ai fait attendre. Je... Pardon?"

Elle se demandait comment elle avait pu déchiffrer ce qu'elle ressentait pour Ralph alors qu'elles ne se connaissaient pas, et qu'elles n'avait même jamais discuté. Elle se sentait un peu gênée que ses sentiments jusque là secrets pour tout le monde, soient découverts.


 
made by Nalex




Couleur vanellope: #990066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Alice R. Liddell-Kingsley


♚ MON HISTOIRE : 181
♚ MON ARRIVÉE : 01/02/2016
♚ MON METIER : Etudiante en Histoire- Géographie
♚ MON FILM : Alice au pays des Merveilles
♚ LOOK INTO MY EYES :
♚ MES AMOURS :
Quand ta main a frôlé la mienne
Telle une baleine au galop
En plus de la fracture j’ai vu
Que notre amour était né du pogo

J’aime sentir ton épaule
Briser ma cloison nasale
La caresse de tes Docs
Sur mon épine dorsale

J’aime entendre ta voix
Murmurer tendrement
J’vais t’transformer en puzzle
Pour offrir à maman

♚ COPYRIGHT & AVATAR : Mia Wasikowska - Bazzart
♚ POINTS : 243
♚ LOCALISATION : Sur les bancs de la fac


MessageSujet: Re: -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. [Alice & Vanellope]   Mar 5 Avr - 10:12


  ❝ -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. ❞Alice & Vanellope Super maintenant j'ai la certitude qu'elle n'a pas écouté un seul mot de tout ce que je venais de lui raconter. Elle n'avait d'yeux que pour le bel étalon qui venait de quitter la pièce. Voilà, encore des heures de ma vie perdues que je ne retrouverais jamais. Je jure de faire payer Lucky pour m'avoir fait faire des demandes de partenariat inutile ! Où est-ce que ca c'est vu que faire du porte à porte était la solution ?!

La jeune femme daigne enfin se souvenir qu'elle gérait accessoirement une boutique et que dans la dite boutique il pouvait y avoir des clients parfois. Bah.... Je parais un peu grincheuse aujourd'hui mais je vais vous dire pourquoi (HRP : Si je suis grincheuse c'est parce que je viens de taper le rp qui s'est effacé suite à une mauvaise manip' de la paume de ma main sur la tablette de la souris, donc au moment où je tape ces mots, c'est la deuxième fois que je suis en train d'écrire ce rp !). Voilà pourquoi je suis grincheuse, même si en réalité, je n'ai pas vraiment besoin de raison pour l'être. C'est ce qui fait ma particularité ici. Je suis Alice la grincheuse.

Essayant d'écourter au plus vite ma visite ici, j'attends que la vendeuse s'occupe de moi pour lui dire :

- J'ai dit : Si vous voulez qu'il sache que vous l'aimez, c'est devant lui qu'il faut sourire comme ça. Sinon ce que vous faites est inutile. A moins qu'il sache déjà que vous l'aimez ce qui m'étonnerait.

Pendant que je lui donnais des conseils hautement philosophique, je me servais allègrement dans ses boites à bonbons. J'en mangeais un ou deux de chaque. J'adore les bonbons ! Et dans ce monde, ils sont particulièrement bons. Je m'en fiche pour la facture, c'est mon patron qui va tout payer, ça sera ma vengeance pour m'avoir fait me déplacer pour rien.

- Je suis moi même dans ce genre d'amourette qui ne va que dans un sens. Je ne vais pas en faire toute une histoire, c'est pas mon genre, mais disons que je sais ce que vous traversez et par conséquent, je sais par expérience qu'il vaut mieux essayer que regretter.

Ouais, moi en attendant je n'ai jamais dit à Lucky ce que je ressentais pour lui. Pourquoi ? Déjà parce que j'ai pas envie et ensuite parce que s'il décide de se séparer de moi je perd un ami et un travail et au vu de mes revenus je ne peux pas me le permettre. Mon père ne risque pas de me donner le moindre sous, sa vie d'artiste n'est pas très enrichissante, quant à ma mère.... Elle pourrait me payer une maison avec piscine et voiture livrée dedans mais je n'ai pas besoin de son argent si ça veut dire lui obéir au doigt et à l’œil sans jamais avoir mon mot à dire.

BREF ! Je sais pas pourquoi je me mets à penser à tout ça d'un coup, ça doit être les bonbons qui doivent me rendre nostalgique. A contre cœur, j'ai posé la poignée de caramel que j'avais dans la main, je pense que ça suffit, j'ai assez pensé à mon passé pour l'instant.

- Je suis venue vous demandez si ça vous intéresserez de faire un partenariat avec le Wonderland qui est un café-pâtisserie. Le meilleur de la ville, soit dit en passant, si ce n'est pas le meilleur de l'état ! Je vous assure que vos confiseries seront traités avec le plus grands respects pour le bonheur de nos clients. Comme je l'ai dit avant, nous ferons également la pub de vos bonbons et de votre boutique. Lucky, mon patron, est très exigent quant à la qualité de ses produits et il veut que les bonbons, qui est un ingrédient essentiel à nos pâtisserie ou même à la déco du café, soit de la meilleure qualité qui soit et qu'ils proviennent de New-York pour qu'il puisse être sûr de leur origine.

Même si j'avais envie de prendre mes jambes à mon cou, il fallait absolument que je dégote au moins un partenaire si je tenais à retourner travailler demain. Aussi, maintenant que mon envie de mourir était revenue, j'ai repris ma poignée de caramel et l'ai engouffré dans ma bouche.
© 2981 12289 0

_________________


Fleurageant les rhododendroves
Gyraient et gamblaient dans les vabes
Pour frimer vers les pétunioves
Et les momes raths en grabe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: -Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. [Alice & Vanellope]   

Revenir en haut Aller en bas
 

-Je n’en ai pas encore bu, répondit Alice offensée, je ne peux donc pas en revouloir. [Alice & Vanellope]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never After ::  :: 
Manhattan
 :: ♚ Rues et ruelles
-

N'hésitez pas à donner votre avis et nous aider à upper les sujets sur PRD & Bazzart.





CLOCHETTE FAIRY & JASPER HOWELL & ADAM REDROSE



Nos personnages de Disney sont tous arrivés dans notre monde depuis quelques temps déjà. A peine eurent-t-ils le temps de se remettre de cette aventure que d'étranges phénomènes surviennent : des souvenirs reviennent à la surface, des souvenirs de la vie du personnage du monde réel dans lequel ils ont atterri. Sans compter que parfois, ils n'ont tout simplement plus conscience qu'ils sont des personnages de Disney, leur eux-réel reprenant le dessus ! Nos héros, héroïnes, amis et ennemis s'effacent tout doucement de notre univers. Et leurs merveilleuses histoires avec eux !C'est par ici !