Partagez | 
 

 Belle Redrose ♣ A Rose by any other name would smell as sweet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Belle Redrose


♚ MON HISTOIRE : 109
♚ MON ARRIVÉE : 11/11/2015
♚ MON METIER : Libraire
♚ MON FILM : La Belle et la Bête
♚ LOOK INTO MY EYES :
♚ MES AMOURS :
♚ COPYRIGHT & AVATAR : Bazar
♚ POINTS : 100
♚ LOCALISATION : New York


MessageSujet: Belle Redrose ♣ A Rose by any other name would smell as sweet.    Mer 18 Nov - 7:55




550 de large
Belle Redrose

Informations
Mon nom Belle Redrose.
Je viens de... La Belle et la Bête.
Âge  27 ans.
Métier ou aspiration de métier Libraire.
Attirance et statut social Hétérosexuelle et mariée à Adam
Plus grande peur et plus grand rêve Ses plus grandes peurs sont de ne pas retrouver son père et de perdre Adam avec qui les choses ne sont plus vraiment féériques depuis leur arrivée à New York. Son plus grand rêve serait de retrouver le bonheur qu'ils connaissaient dans leur monde, ici ou ailleurs.
GroupeBelle n'était que la fille de l'inventeur avant de rencontrer Adam. Aujourd'hui, par son mariage avec le prince, elle appartient au groupe de "royal blood".

♪ Belle se passionne depuis peu pour la photographie
♪ Elle envisage de prendre des cours du soir en sociologie ou en psychologie
♪ Passionnée de sports, elle cours souvent dans Central Parc ou participe à des cours de découverte dans divers domaines
♪ Sa librairie est un peu comme son bébé, elle y passe beaucoup de temps
♪ Elle aimerait beaucoup avoir un enfant mais Adam lui fait un peu peur en ce moment
♪ Elle donne à manger à tous les animaux du quartier



Il était une fois...
Mon histoire commence comme toutes les histoires. Il était une fois, un royaume lointain, un prince ensorcelé et une jeune femme innocente. Je n’ai que très peu de souvenirs de ma mère. Elle est morte quand j’étais très jeune et mon père a fait de son mieux pour prendre la relève. Enfant, je passais beaucoup de temps avec lui dans son atelier, apprenant les ressorts du métier, tentant de comprendre comment marchaient ses inventions. Ma mère était notre réel lien vers l’extérieur, il a disparut avec elle et nous nous sommes retrouvés relativement reclus. Mais cela ne veut pas dire que mon père ne s’est pas bien occupé de moi. Quand il ne travaillait pas, il m’a apprit à lire, à compter, l’histoire de notre monde et tout ce dont j’avais besoin pour prendre sa relève et m’en sortir plus tard. Très jeune, je lisais donc des tonnes de livres, je savais jouer aux échecs et j’étais capable de différencier des tas d’outils différents. J’étais aussi douée en orientation puisque je partais avec mon père dans les villes voisines pour tenter de vendre ses inventions et/ou pour acheter de nouvelles pièces. Seulement, dès que j’ai pu rester seule, il a préféré que je m’occupe de la maison car il trouvait ses voyages trop dangereux : Les loups dans les bois, les brigands sur les routes et certains villages malfamés… J’étais plus en sécurité à la maison et c’est pour cette raison que j’ai commencé à vraiment aimer les livres. A quinze ans, quand il quittait la maison, les livres étaient mes seuls amis et je les dévorais plus encore qu’avant. Il m’en ramenait toujours de ses périples et j’adorais ça. C’est aussi à partir de cet âge que j’ai cessé de passer beaucoup de temps avec lui dans son atelier. Je ne l’aimais pas moins, j’étais juste dans mon monde.

Malheureusement, les affaires de mon père n’allaient pas très bien et il du bientôt vendre la maison où j’étais née. D’un côté, il devait être soulagé, ma mère hantait ses lieux. Positivement bien sûr mais, avec le recul, j’imagine que ça devait être dur pour lui. J’avais vingt ans à l’époque j’étais heureuse de pouvoir changer un peu de paysage. Je rêvais d’aventure et j’espérais la trouver là bas. Seulement, en vue de nos nouveaux moyens, nous nous sommes retrouvés dans un petit village, dans une maison isolée. J’étais heureuse car père avait décidé de nous rendre plus dépendant en nous offrant quelques poules et de quoi faire un beau potager. J’avais donc de quoi m’occuper pendant son absence, de nouveaux amis un peu plus réactifs que des livres. Bien que les poules ne soient pas réputées pour leur grande conversation… Cela ne me dérangeait pas vraiment, j’étais dans mon monde depuis trop longtemps pour vraiment pouvoir me fondre dans la foule. Les gens nous trouvaient bizarre et notre isolation faisait que beaucoup pensaient mon père fou. J’ai pourtant attiré l’œil d’un homme atrocement détestable. Et je suis pourtant plutôt gentille et optimiste envers les gens mais… Gaston bravait tous les clichés, il était imbu de sa personne, égoïste, malpropre et j’en passe. Un véritable monstre qui pensait être le plus beau parti à des kilomètres à la ronde… Je passais beaucoup de temps à le fuir et lui à me demander ma main. Au fond, ça m’amusait un peu, il me sortait de ma monotonie, de ma petite bulle et même si je ne faisais que l’envoyer paitre, il avait un tout petit peu plus de conversation que nos quelques animaux de ferme (quoi que…).

C’était un jour comme les autres. Gaston venait de me faire une piètre demande en mariage et il s’était retrouvé la tête dans la boue, mon libraire m’avait offert un livre extraordinaire et j’avais pris soin de nos animaux. Tout semblait aller pour le mieux quand Philibert est arrivé comme un fou. Je ne sais pas comme il a su que je serais dans le champ voisin mais il était complètement paniqué. Ce cheval en avait vu beaucoup, il était notre fidèle destrier depuis bien longtemps maintenant et jamais je ne l’avais vu dans un tel état. Mais le pire était que mon père n’était pas avec lui, pas plus que notre charrette et que sa dernière invention… Je pris juste le temps d’enfiler une cape chaude puis je demandais à l’animal de me guider vers mon père. Il couru pendant de longues minutes sous une pluie battante, dans l’obscurité de la forêt. Mon cœur battait à la chamade et j’avais mal au cœur. Mon père avait peut être été attaqué par des loups ? Philibert semblait avoir quelques griffures superficielles sur les pattes… Qu’allais-je trouver au bout du chemin ? Sans savoir, je commençais presque à pleurer. Mais c’est un tout autre spectacle qui finit par s’offrir à moi : un grand château couvert de lierre. Il semblait abandonné et l’absence de lumière semblait confirmer mes doutes. Pourquoi mon père serait-il là dedans ? Blessé ? Piégé dans une pièce alors qu’il voulait se protéger de la pluie ? Le soulagement que j’éprouvais en voyant le château disparut bien vite. J’entrainais Philibert derrière la lourde grille du domaine pour qu’il soit à l’abris des loups de la forêt. Il n’était pas à l’aise mais je ne voulais pas qu’il retraverse tout cela seul. Prudemment, je m’avançais vers l’entrée et découvris avec surprise un chandelier parlant. Affrontant ma peur, je le laissais me guider vers mon père qui était emprisonné dans le cachot, malade. C’est là que la bête fit son apparition pour la première fois… J’étais terrifiée mais mon amour pour mon père n’avait pas son égal et je décidais donc d’échanger nos places auprès de la créature. Au départ, j’étais dans le cachot mais ses étranges employés parvinrent à le convaincre de m’offrir une chambre. Nous avons eu beaucoup de différent par la suite. J’ai tenté de comprendre pourquoi il était aussi cruel et sombre, pourquoi son château était maudit… Puis nous avons appris à nous connaître et à nous apprécier. Il était maladroit, impulsif, peu patient mais, je voyais le bien en lui, le cœur tendre tout au fond. Il m’offrit un accès plus libre au château, sa grande bibliothèque et un peu de son temps. J’allais mieux, j’étais heureuse, ou du moins jusqu’à ce que j’apprenne grâce à son miroir magique que mon père était en danger, seul dans la forêt.  

La bête, touché par mon inquiétude, me laissa partir au secours de mon père. Mais les choses dégénérèrent assez rapidement après cela… Nous étions tout deux de retour chez nous seulement mon père avait parlé à tout le monde de mon enlèvement, de la bête monstrueuse. Je lui expliquais que tout allé bien mais il était trop tard car Gaston, qui avait tout entendu de ses plaintes, décida de le faire déclarer fou pour me forcer à l’épouser… En quelques minutes une foule de personne était là, prête à emporter mon père dans le premier hospice. Je refusais d’épouser Gaston en échange de sa liberté, préférant prouver la véracité des dires de mon père grâce au miroir magique. Une fort mauvaise idée sur laquelle Gaston sauta : Il fallait tuer la bête avant qu’il ne s’en prenne aux enfants du village… Voyant que j’avais des sentiments pour la bête et que j’avais de quoi convaincre les villageois, Gaston m’enferma et emmena un groupe armé vers le château. Je parvins à m’enfuir et arriva juste à temps pour convaincre la bête de reprendre le combat. Déprimé par mon départ, il était prêt à se laisser mourir… Malheureusement, c’était trop tard, Gaston tomba du toit peu après avoir poignardé la bête. Je me précipitais vers mon nouvel ami, coupable et désemparée. Mais l’amour est plus fort que tout et mes larmes sauvèrent la bête tout en détruisant le maléfice. Il avait réussit, quelqu’un l’aimait pour ce qu’il était vraiment, sans se soucier de l’apparence… Adam était de retour, un beau prince avec qui je me mariais peu de temps après. Après la cérémonie, nous nous sommes tous installés dans le palais et notre vie semblait sur le point de devenir vraiment magique…    

Un matin, confortablement installée sous ma couette, je me retourne pour me blottir dans les bras de mon époux. Il est toujours aussi chaud, aussi musclé. Je prends une grande inspiration et l’odeur ne colle pas. Pas son odeur, l’odeur du château, cette odeur bien particulière… J’ouvre les yeux dans un sursaut et manque de tomber du lit. Adam n’a pas vraiment changé mais tout le reste ! Nous ne sommes plus au château mais dans une petite chambre, seuls. Adam ayant le sommeil lourd, il ne réalise pas, se retourne simplement dans un soupir et retourne dans les bras de Morphée. Tentant de rester calme, je me décide à visiter les lieux. Un petit appartement bien équipé mais modeste. Des instruments étranges, des meubles sans vie… Je cherche des preuves, des traces. Et dans un sac (probablement le mien), je trouve des papier. Aujourd’hui je suis Belle Redrose, mariée à Adam Redrose depuis presque dix ans. D’après ma carte d’identité, nous sommes à New York au moins depuis six ans, date de création ou de renouvellement de ma carte. En fouillant un peu plus, je retrouve des clefs. Dans l’appartement, encadré dans un coin, un petit article de journal annonçant l’ouverture d’une librairie dans une petite rue voisine. On nous voit tous les deux devant sur la photo… La boutique s’appelle « La Rose Enchantée » ce qui me semble un peu étrange pour une librairie. Impossible de savoir où est mon père, où sont nos amis… Et, plus le temps passe, plus Adam semble redevenir la bête : impulsif, impatient, agressif… Jamais violent envers moi mais beaucoup de meubles en pâtissent… Je me fiche du lieu où nous sommes, je veux juste retrouver les miens et notre bonheur, je sais que nous pouvons y arriver, il nous faut juste du temps.    



En savoir un peu plus...


Born on this way
Belle est une femme très douce et patiente. Elle aime les gens et elle trouve du bien dans chacun d'eux. C'est un peu plus difficile depuis son arrivé à New York où elle trouve les gens plus sombres mais elle reste optimiste. Au delà de cela, elle est aussi une jeune femme déterminée (voire atrocement têtue) qui n'hésite pas à se mettre en danger pour satisfaire sa curiosité ou sa volonté. Mais pas de méprise, la curiosité de Belle n'est pas négative. Elle veut voir le bien dans les gens et n'a de cesse de chercher des preuves, de tenter de comprendre. Elle se passionne aussi pour beaucoup de choses de son nouveau monde, une passion qu'elle nourrit au travers des livres qu'elle vend ou loue dans sa petite échoppe. Très amicale et bien vaillante, elle est de bon conseil pour ses clients qui deviennent bien souvent des amis. Belle n'est pas rancunière ce qui peut parfois en faire une jeune femme un peu naïve mais pas bête! Elle sait quand même reconnaître le bons des méchants, ou du moins le plus souvent. Elle est très loyale envers ses amis et n'hésite jamais a aider son prochain. Néanmoins elle est assez souvent dans son petit monde, la tête dans les nuage.

Physiquement, Belle se sent plus vieille que dans son monde. Elle semble proche de la trentaine alors qu'elle n'avait que vingt ans quand elle a rencontré Adam. Cela ne veut pas dire qu'elle semble décrépie ! Au contraire, elle est une très belle femme au visage angélique. Ses cheveux sont longs et châtain, ses yeux marrons en amande et sa bouche fine et pale. Son corps est fin mais athlétique et elle aime d'ailleurs beaucoup le sport qu'elle a découvert dans ce nouveau monde. D'un point de vue vestimentaire, Belle a bien changée et elle s'est adapté à la mode humaine: pratique mais élégant, féminin mais pas nunuche. Elle n'aime pas trop le maquillage ici non plus et elle l'utilise donc avec soin et en petite quantité. Le but étant de rester naturelle mais présentable.
Derrière l'écran

Pseudo Liy
Avatar choisi Gemma Arterton
Âge 25 ans
Fréquence de connexion 4/7 minimum
Où ai-je trouvé le forum ? A la source même ! ^^
Un avis ?  <3
Le règlement a-t-il été lu ? Non, je n'aime pas les règlements !  blbllbl

© Narja - Never-Utopia

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Belle Redrose ♣ A Rose by any other name would smell as sweet.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Never After ::  :: 
Registres de ce nouveau monde
 :: ♚ Il est des nôtres !
-

N'hésitez pas à donner votre avis et nous aider à upper les sujets sur PRD & Bazzart.





CLOCHETTE FAIRY & JASPER HOWELL & ADAM REDROSE



Nos personnages de Disney sont tous arrivés dans notre monde depuis quelques temps déjà. A peine eurent-t-ils le temps de se remettre de cette aventure que d'étranges phénomènes surviennent : des souvenirs reviennent à la surface, des souvenirs de la vie du personnage du monde réel dans lequel ils ont atterri. Sans compter que parfois, ils n'ont tout simplement plus conscience qu'ils sont des personnages de Disney, leur eux-réel reprenant le dessus ! Nos héros, héroïnes, amis et ennemis s'effacent tout doucement de notre univers. Et leurs merveilleuses histoires avec eux !C'est par ici !